Il y a actuellement 7 personne(s) connectée(s)

Dans quel contexte ECOAGRIS s'inscrit t-il?

ecoagris-contexte

Suite à l’adoption de l'ECOWAP/PDDAA en janvier 2005 et au regard des insuffisances des dispositifs d’information existants dans les pays, la CEDEAO a décidé, en collaboration avec les institutions partenaires, de mettre en place un système d’information intégré sur le secteur agricole appelé « ECOAGRIS ». La finalité de ECOAGRIS est d’amener les décideurs à disposer et à utiliser des données, des informations et des analyses fiables pour : (i) la formulation et le suivi des politiques et stratégies de développement agricoles, et (ii) mieux gérer les questions de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et (iii) promouvoir les échanges commerciaux de produits agro-alimentaires.

La phase pilote de ECOAGRIS (octobre 2010 – aout 2013) a été mise en œuvre grâce au Programme de Facilité Alimentaire UE-FIDA-CEDEAO. Ce programme a bénéficié d’un financement de l’Union Européenne en décembre 2008. Cette première phase a concerné sept (7) pays de l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Ghana, Mali, Niger et Sénégal.

Le projet ECOAGRIS s'inscrit dans Ie cadre et la perspective d'un processus d'intégration régionale incorporant notamment i) la mise en œuvre d'une politique agricole commune

(ECOWAS) dans I'espace CEDEAO et ii) la constitution d'une réserve alimentaire régionale (stock physique et réserve financière). Le projet ECOAGRIS est la composante 4 du projet régional "Stock CEDEAO" financé par I'UE pour dix-huit millions (18) millions d'Euros.

L’extension du dispositif ECOAGRIS à l’ensemble des dix-sept (17) pays du Sahel et de l’Afrique de l’ouest, est inscrite dans le cadre du Programme régional 10ème FED "Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire" avec l’appui financier de l’Union Européenne d'un montant total de cinquante six (56) millions d'euros pour une période de cinquante quatre (54)mois (décembre 2014-juin 2019).

L’objectif principal de ce programme  régional est de contribuer à répondre efficacement aux crises alimentaires et renforcer la résilience des ménages dans une perspective de sécurité et de souveraineté alimentaire régionales durables, par la promotion de systèmes de réserves alimentaires d’urgence aux différentes échelles géographiques.